Négociation « accords compétitivité emploi »

Négociation « accords compétitivité emploi »

Tout à perdre, rien a gagner !Négociation

A l’approche des prochaines échéances politiques, le Medef rêve sans complexe : il propose à travers les futurs « accords compétitivité emploi » souhaités par Nicolas Sarkozy, de pouvoir négocier dans les entreprises  toutes les réglementations qui aujourd’hui gênent le patronat : durée du travail, conditions de travail, éléments de rémunérations, aménagement des taux horaires ou du salaire, suppression de primes …

Le salarié n’aurait qu’à se soumettre à ces accords ou  se faire licencier pour cause réelle et sérieuse. Le licenciement ne lui ouvrirait pas les mêmes droits qu’un licenciement économique : ni droit à un plan de sauvegarde de l’emploi, ni à un droit au reclassement, ni droit au contrat de sécurisation professionnelle (CSP) …

Ce dispositif ne serait pas limité aux entreprises en proie à de grosses difficultés économiques, mais ouvert a toutes celles qui entendent prévenir des difficultés économiques à venir liées à des évolutions technologiques,  financières ou commerciales et leurs conséquences sur l’emploi.  Autrement dit, tous les secteurs économiques pourraient être concernés !

Aucune garantie, ni sanction ne sont prévues si l’employeur ne tient pas ses promesses de maintien de l’emploi. La proposition patronale va jusqu’à prévoir des limites à l’intervention du juge en cas de non respect de l’accord.

Naturellement,  il n’est pas prévu de limiter les dividendes des actionnaires : l’accord compétitivité emploi,  c’est zéro contrainte pour le capital !

Nous sommes face a une négociation proprement déloyale : tout devrait servir la cause de l’employeur au détriment des salariés. Les salariés et leurs délégués syndicaux seraient livrés purement et simplement au chantage patronal.

La CGT ne peut accepter de telles conditions de négociation. Où est le droit effectif à la négociation collective alors que d’emblée, il s’agit de sécuriser la flexibilité et le chantage à l’emploi ?

Face à ces exigences patronales, la responsabilité des organisations syndicales est grande : elles ne peuvent plus ignorer après cette séance de négociation les intentions réelles du patronat. Ensemble, elles ont les moyens de repousser cette offensive dans l’intérêt des salariés qu’elles représentent.

Il est urgent de promouvoir d’autres réponses pour sortir de la crise. Il faut valoriser l’emploi stable, augmenter les salaires et répartir autrement les richesses créées.

La CGT s’emploiera à informer largement sur les dangers de cette négociation, sur les alternatives à porter et en plaçant celle-ci sous surveillance des salariés.



Grève générale au Portugal Message de soutien de la CGT

Grève générale au Portugal

Message de soutien de la CGT

A l’occasion de la grande journée de mobilisation et de grève, le secrétaire général de la CGT a adressé le message suivant au secrétaire général de la CGTP, Arménio CARLOS.

Cher Camarade,Grève générale au Portugal Message de soutien de la CGT dans ARTICLES imagesCA3BWILZ
A l’occasion de la grande journée de mobilisation et de grève que vous organisez demain, je tenais à vous adresser mes meilleurs vœux de succès, et à vous assurer du soutien de toute la CGT.

Le projet de réforme du marché du travail tel que le prévoit le gouvernement Coelho et les attaques contre les services publics et les fonctions sociales de l’emploi sont dans la droite ligne des projets déjà infligés par la Troïka ailleurs, notamment en Grèce. Or, le résultat est catastrophique : la situation des salariés ne fait que se détériorer au quotidien, le chômage a explosé, les retraités se retrouvent sans ressources. Pour autant, la situation ne s’améliore pas.

Vos propositions sont justes : recréer et redistribuer des richesses dans le pays, et par conséquent revaloriser salaires et retraites, sont seuls aptes à redresser le cap. C’est d’ailleurs l’argumentation de la CGT : les marchés financiers ont pris le pas sur nos économies nationales et cela est inacceptable. Le nouveau Traité européen – que nous avons décidé de combattre ensemble au sein de la CES – ne ferait qu’augmenter encore les mesures d’austérité envers les salariés et les populations modestes.

C’est pour toutes ces raisons que nous sommes à vos côtés et aux côtés des salariés portugais pour ce grand moment de mobilisation.

Reçois, Cher Camarade, mes meilleures salutations.

 

Bernard Thibault
Secrétaire général de la CGT




Archive pour 22 mars, 2012

Négociation « accords compétitivité emploi »

Négociation « accords compétitivité emploi »

Tout à perdre, rien a gagner !Négociation

A l’approche des prochaines échéances politiques, le Medef rêve sans complexe : il propose à travers les futurs « accords compétitivité emploi » souhaités par Nicolas Sarkozy, de pouvoir négocier dans les entreprises  toutes les réglementations qui aujourd’hui gênent le patronat : durée du travail, conditions de travail, éléments de rémunérations, aménagement des taux horaires ou du salaire, suppression de primes …

Le salarié n’aurait qu’à se soumettre à ces accords ou  se faire licencier pour cause réelle et sérieuse. Le licenciement ne lui ouvrirait pas les mêmes droits qu’un licenciement économique : ni droit à un plan de sauvegarde de l’emploi, ni à un droit au reclassement, ni droit au contrat de sécurisation professionnelle (CSP) …

Ce dispositif ne serait pas limité aux entreprises en proie à de grosses difficultés économiques, mais ouvert a toutes celles qui entendent prévenir des difficultés économiques à venir liées à des évolutions technologiques,  financières ou commerciales et leurs conséquences sur l’emploi.  Autrement dit, tous les secteurs économiques pourraient être concernés !

Aucune garantie, ni sanction ne sont prévues si l’employeur ne tient pas ses promesses de maintien de l’emploi. La proposition patronale va jusqu’à prévoir des limites à l’intervention du juge en cas de non respect de l’accord.

Naturellement,  il n’est pas prévu de limiter les dividendes des actionnaires : l’accord compétitivité emploi,  c’est zéro contrainte pour le capital !

Nous sommes face a une négociation proprement déloyale : tout devrait servir la cause de l’employeur au détriment des salariés. Les salariés et leurs délégués syndicaux seraient livrés purement et simplement au chantage patronal.

La CGT ne peut accepter de telles conditions de négociation. Où est le droit effectif à la négociation collective alors que d’emblée, il s’agit de sécuriser la flexibilité et le chantage à l’emploi ?

Face à ces exigences patronales, la responsabilité des organisations syndicales est grande : elles ne peuvent plus ignorer après cette séance de négociation les intentions réelles du patronat. Ensemble, elles ont les moyens de repousser cette offensive dans l’intérêt des salariés qu’elles représentent.

Il est urgent de promouvoir d’autres réponses pour sortir de la crise. Il faut valoriser l’emploi stable, augmenter les salaires et répartir autrement les richesses créées.

La CGT s’emploiera à informer largement sur les dangers de cette négociation, sur les alternatives à porter et en plaçant celle-ci sous surveillance des salariés.

Grève générale au Portugal Message de soutien de la CGT

Grève générale au Portugal

Message de soutien de la CGT

A l’occasion de la grande journée de mobilisation et de grève, le secrétaire général de la CGT a adressé le message suivant au secrétaire général de la CGTP, Arménio CARLOS.

Cher Camarade,Grève générale au Portugal Message de soutien de la CGT dans ARTICLES imagesCA3BWILZ
A l’occasion de la grande journée de mobilisation et de grève que vous organisez demain, je tenais à vous adresser mes meilleurs vœux de succès, et à vous assurer du soutien de toute la CGT.

Le projet de réforme du marché du travail tel que le prévoit le gouvernement Coelho et les attaques contre les services publics et les fonctions sociales de l’emploi sont dans la droite ligne des projets déjà infligés par la Troïka ailleurs, notamment en Grèce. Or, le résultat est catastrophique : la situation des salariés ne fait que se détériorer au quotidien, le chômage a explosé, les retraités se retrouvent sans ressources. Pour autant, la situation ne s’améliore pas.

Vos propositions sont justes : recréer et redistribuer des richesses dans le pays, et par conséquent revaloriser salaires et retraites, sont seuls aptes à redresser le cap. C’est d’ailleurs l’argumentation de la CGT : les marchés financiers ont pris le pas sur nos économies nationales et cela est inacceptable. Le nouveau Traité européen – que nous avons décidé de combattre ensemble au sein de la CES – ne ferait qu’augmenter encore les mesures d’austérité envers les salariés et les populations modestes.

C’est pour toutes ces raisons que nous sommes à vos côtés et aux côtés des salariés portugais pour ce grand moment de mobilisation.

Reçois, Cher Camarade, mes meilleures salutations.

 

Bernard Thibault
Secrétaire général de la CGT

Le vécu Algérien |
Le blog-note de Catherine G... |
Blog "Ensemble, dynamisons ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | DES IDEES ET DES REVES Nord
| cceta
| Les Enragés d'Aurillac