De quel droit diminuent-ils les indémnités des arrêts maladie ? (CGT)

12.jpgDe quel droit diminuent-ils les indémnités des arrêts maladie ? (CGT)

Voilà qu’hier 29 novembre, à la nuit tombante, l’UMP se serait mise d’accord avec elle-même pour diminuer les indemnités des arrêts maladie !
Une formation de circonstance, où seraient mêlés ministres, députés et conseillers présidentiels de différentes sensibilités du parti sarkozyste (du centre libéral à l’extrême droite… libérale), ont estimé que :
-    les indemnités versées au titre d’arrêt maladie seront réduites au-delà de 1,8 SMIC, soit 2457 euros.
-    Au-delà de 2457 euros (et non plus le plafond de la Sécu, 2946 euros), ce sera 250 euros de moins.
-    Comment ?  1229 euros, soit 50% du salaire brut calculé sur 2457 euros, c’est moins que 1473 euros, soit 50% sur le plafond de la Sécu.

•    Mais quelle est donc leur compétence ? De quelle légitimité disposent-ils pour s’en prendre au socle social ?
De quel droit ces gens-là se permettent-ils de porter atteinte au principe fondateur de la Sécurité sociale, l’égalité de traitement ? Qui les a fait rois, ces ministres UMP, ces députés UMP, ce président UMP, pour s’en prendre à la sécurité sociale ? Quel est donc l’argument justifiant le partage du salariat en deux ?
Pour 150 millions d’économie ? Mais 150 millions d’euros, c’est le salaire annuel de tous les PDG des principales banques et assurances ! C’est la moitié du prix de l’Airbus présidentiel, dans lequel Sarkozy s’est fait construire une baignoire !

•    Flagrant délit d’entreprise de destruction massive
La Sécurité sociale est affaire de cotisations salariales et patronales. Mais la parti unique au pouvoir a décidé que « nous vivons au dessus de nos moyens », et donc que « nous n’avons plus les moyens de notre protection sociale ».
Depuis des semaines les experts en science libérale et leurs oracles nichés dans les rédactions des médias (Nicolas Baverez, Yves de Kerdrel, et autres affidés de l’Institut Montaigne et du Medef) nous répètent : La sécu, c’est fini, Mââme Michu, vous êtes trop malade, vous vous gavez de médicaments… Qui sait si vous ne fraudez pas… » Même Mme Michu est coupable.

•    Le bulldozer libéral est en route, bien décidé au cœur de la crise d’éradiquer le système social du pays. Avant le printemps, s’il le faut.
-    La réforme des retraites est avancée, donc alourdie
-    La casse du principe égalitaire de l’arrêt maladie
-    Le tout s’ajoutant aux déremboursements, franchises diverses
-    Sur fond de surtaxation des mutuelles complémentaires santé
Le bilan pour le patronat, le gouvernement, et leurs amis de Neuilly n’est pas si mauvais.

 


Répondre

Le vécu Algérien |
Le blog-note de Catherine G... |
Blog "Ensemble, dynamisons ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | DES IDEES ET DES REVES Nord
| cceta
| Les Enragés d'Aurillac