L’austérité en marche : taxe sur les mutuelles santé et taxe sur les allocations familiales

L’austérité en marche : taxe sur les mutuelles santé et taxe sur les allocations familiales

imagescakhkt9s.jpgTaxation des complémentaires santé :

Suite au projet gouvernemental d’alourdir la taxation des complémentaires santé dans le cadre du plan antidéficit du gouvernement, la Mutualité française a lancé, le 4 septembre, une campagne de communication dans la presse quotidienne nationale et régionale afin d’interpeller députés et sénateurs pour les convaincre de ne pas voter cette mesure qui sera débattue au Parlement à partir du 6 septembre.

« Par cette campagne, la Mutualité française veut montrer à nos concitoyens comme à l’ensemble des parlementaires que le gouvernement fait un choix dangereux pour l’accès aux soins des Français, en particulier les plus modestes d’entre eux, les pénalisant à travers leurs mutuelles », a-t-elle expliqué, le 5 septembre.

De son côté, l’Union nationale des mutuelles d’entreprise (UNME) a dénoncé, dans une lettre adressée le 2 septembre au Premier ministre, François Fillon, « un impôt déguisé des plus injustes ». « Une fois de plus, cette taxe frappe très directement et indifféremment toutes les personnes qui cotisent pour bénéficier d’une complémentaire santé, quel que soit le niveau de leurs ressources. Pour beaucoup d’entre elles, il est déjà très difficile d’accéder à une couverture complémentaire santé digne de ce nom ».

L’UNME indique par ailleurs qu’« il semblerait bien plus judicieux de lancer une réflexion collective sur la généralisation des contrats responsables et solidaires et l’évolution de leur contenu en favorisant la prise en charge de prestations pertinentes, de qualité, dans un cadre plus solidaire ».

Fiscalisation des allocations familiales :

la ministre des Solidarités, Roselyne Bachelot, en charge de la politique familiale, a exprimé « une très grande réserve » sur l’idée d’imposer fiscalement les allocations familiales en échange d’un versement dès le premier enfant ou de les mettre sous conditions de ressources, piste lancée par Bruno Le Maire, ministre de l’Agriculture chargé des propositions de l’UMP pour la présidentielle. « Il ne faut pas mélanger politique familiale et politique sociale », a-t-elle expliqué. Or, selon elle, « les allocations familiales restent le seul élément de la politique familiale », car elles ne sont ni soumises à conditions de ressources ni imposables (avec l’AFP).

 

Le vécu Algérien |
Le blog-note de Catherine G... |
Blog "Ensemble, dynamisons ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | DES IDEES ET DES REVES Nord
| cceta
| Les Enragés d'Aurillac