Strasbourg: Richert juge « malvenue » l’annonce de la vente de l’usine Stracel

headerlogolp.pngLe ministre des Collectivités territoriales et président du Conseil régional d’Alsace, Philippe Richert (UMP), a jugé « malvenue » mercredi dans un communiqué l’annonce de de la mise en vente de l’usine Stracel de Strasbourg par son propriétaire, le papetier finlandais UPM.
Faisant « part de son étonnement », M. Richert explique que des contacts étaient « établis depuis plusieurs mois avec les responsables du site à propos d’un projet de production à Strasbourg de biocarburants », projet pour lequel l’usine a obtenu le soutien des collectivités locales et de l’Etat dans le cadre d’un appel d’offres européen.

sas_pageid=’2358/124754′; // Page : manchettepub/leparisien.com/articles_bas-rhin sas_formatid=1278; // Format : rectangle 2 300×250 sas_target= »; // Targeting SmartAdServer(sas_pageid,sas_formatid,sas_target);


« L’annonce de ce jour, sans plus d’information préalable, est d’autant plus malvenue », souligne le ministre.
Leader mondial du papier pour magazines, UPM-Kymmene a annoncé mercredi la fermeture de deux sites de production, en Allemagne et en Finlande, et son intention de vendre dans les douze mois son usine de Strasbourg, dans un contexte de « surproduction dans le secteur du papier magazine ».
Les salariés de l’usine, qui emploie 260 personnes, ont débrayé pour manifester leur inquiétude.
Le président du Conseil général, Guy-Dominique Kennel, a aussi fait part dans un communiqué de sa « surprise », au regard notamment des « récents investissements » réalisés. Il a rappelé les « efforts financiers très importants » consentis par les collectivités locales « pour pérenniser cette implantation industrielle et la moderniser ».
UPM a estimé avoir de « bonnes chances » de retrouver un repreneur pour l’usine alsacienne, précisant vouloir trouver « en priorité » un acheteur dans une activité autre que le papier magazine. Une reconversion possible du site serait le papier demballage, a dit Hans Sohlström, lun des vice-présidents et porte-parole d’UPM, lors dun point de presse téléphonique.
Les atouts de la « localisation centrale en Europe » et de la modernité des installations ont permis à Strasbourg déchapper à une fermeture pure et simple, a-t-il poursuivi.
« Le repreneur, on ny croit pas trop. Convertir lusine à une autre fabrication suppose un investissement majeur. Mais le groupe +UPM+ entrouvre une porte, alors nous nallons pas la fermer », a commenté Yves Bernauer, délégué FO du site (syndicat majoritaire).
Les collectivités ont assuré les salariés de leur soutien et de leur vigilance.
Une réunion « sera très prochainement organisée entre les responsables des collectivités locales concernées et les dirigeants d’UPM-Stracel afin de préciser les conditions de (la) cession », ont annoncé la ville et la communauté urbaine de Strasbourg dans un communiqué mercredi soir.

 

Le vécu Algérien |
Le blog-note de Catherine G... |
Blog "Ensemble, dynamisons ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | DES IDEES ET DES REVES Nord
| cceta
| Les Enragés d'Aurillac